Comment transplanter des azalées

Quand vient le temps de déplacer une azalée dans le jardin, ne paniquez pas. La première pensée évidente est que le printemps est le meilleur moment pour déplacer les azalées, mais ce n’est pas nécessairement le cas. L’automne est en fait le meilleur moment pour transplanter une azalée. Voici quelques considérations et étapes de base à suivre.

Étape 1 – Transplantation par temps frais

Dans de nombreuses régions des États-Unis, l’automne apporte l’humidité nécessaire sous forme de pluie. Bien que la pluie tombe aussi au printemps, l’azalée, avec sa motte fibreuse, a besoin de bien s’établir. Le repiquage à l’automne donne donc aux racines de la plante le temps supplémentaire de s’acclimater à leur nouvel environnement et de prendre une longueur d’avance sur la prochaine saison de croissance. Quoi qu’il en soit, selon l’Arboretum national des États-Unis, il vaut mieux ne pas transplanter une azalée lorsque la pluie tombe et que les températures diurnes atteignent 80 degrés Fahrenheit. Si c’est absolument nécessaire, assurez-vous qu’il y a suffisamment d’irrigation.

Étape 2 – Transplantation tôt le matin

L’objectif est de minimiser le choc de la transplantation. Pour ce faire, déplacez l’azalée à son nouvel emplacement tôt le matin. La fin de l’après-midi fonctionne aussi, selon l’heure la plus fraîche.

Étape 4 – Préparer un nouveau trou

Avant de déterrer l’azalée, préparer le trou au nouvel emplacement. Assurez-vous que le trou est de la même profondeur que celui de l’azalée à transplanter et qu’il est plus large que la motte de racines.

Étape 5 – Déterrer l’azalée

À l’aide d’une pelle, creusez un trou d’environ 30 à 45cm autour du tronc. Enlevez un peu de terre sous les racines, puis tapotez la pelle au fond pour commencer à dégager les racines du sol. Travaillez la pelle dans les deux sens jusqu’à ce que toute la motte de racines puisse être soulevée. Soyez doux, car la préservation de la motte de racines est importante pour la survie de l’azalée transplantée. Placez la motte de racines sur une bâche pour la transporter au nouvel endroit dans le jardin.

Étape 6 – Plantation au nouvel emplacement

Transplanter immédiatement l’azalée (ou l’envelopper dans de la toile de jute humide jusqu’à ce que la transplantation soit possible). Placez la motte de racines dans le nouveau trou et recouvrez-la de terre. Ne pas amasser la terre contre le tronc de l’azalée. Tasser la terre autour des racines à l’aide des mains et presser les poches d’air.

Étape 7 – Eau et paillis

Arroser abondamment l’azalée transplantée avec un tuyau d’arrosage. Arrosez lentement, en lui permettant de s’infiltrer dans le sol. Ceci exposera toutes les zones qui ont besoin d’un peu plus de sol. Après le repiquage, arroser chaque semaine pendant les premières semaines. Appliquer 2.5 à 5cm de paillis sur la motte de racines à l’aide d’aiguilles de pin ou d’écorce de pin, de feuilles de chêne ou de copeaux de bois. L’idée du paillis est de permettre à l’air et à l’humidité de pénétrer le plus possible dans l’azalée.

Si la transplantation a lieu au printemps, le soleil peut provoquer le flétrissement des fleurs d’azalées nouvellement transplantées. Donnez à la plante un arrosage supplémentaire et elle devrait bientôt se redresser. En cas de repiquage à l’automne, sachez que les périodes de sécheresse prolongées pendant l’hiver assècheront l’azalée. Arrosez la plante en profondeur, comme lors d’une sécheresse estivale.

L’azalée transplantée sera bientôt bien à l’aise dans son nouvel emplacement, ornant le jardin de fleurs et de feuillages colorés et magnifiques.

;