Comment réparer soi-même une fuite d’eau ?

Le plombier ne peut intervenir que dans les prochains jours ? Et vous ne pouvez pas laisser la fuite d’eau en l’état, au risque de vous retrouver avec un dégât des eaux plus important sur les bras ?

Voici nos conseils et astuces pour réparer une fuite d’eau, tout seul !

Couper l’électricité

Premier réflexe, coupez l’électricité. Il s’agit d’une mesure préventive qui vise à éliminer les risques d’électrocution, notamment si l’eau se trouve en mesure d’atteindre les prises de courant.

En cas de fuite d’eau qui semble sans gravité, veillez tout de même à couper l’électricité. Ce seul geste peut protéger vos proches, votre logement ainsi que vous-même ! Chaque année, en France, 80 000 accidents électriques sont recensés. Bien que l’eau ne soit pas toujours la principale mise en cause, elle constitue pour autant un facteur aggravant.

En présence d’une fuite d’eau, demeurez prudent.

Localiser et appliquer un pansement sur la fuite

Maintenant que l’électricité est coupée, vous pouvez vous atteler à localiser la fuite.

Une fois décelée, serrez et enroulez un chiffon, une serpillère ou un vieux tee-shirt à l’endroit de la fuite.

Attention, cette manœuvre ne permet pas de réparer la fuite d’eau, seulement de ralentir provisoirement sa propagation et d’éviter les projections éparses dans votre habitation. Ainsi, l’eau s’écoule vers le bas : vous pouvez la recueillir à l’aide d’un récipient adapté à l’ampleur de la fuite.

Fermer l’arrivée d’eau principale

Lorsque l’arrivée d’eau est ouverte, l’eau s’écoule. En la fermant, on limite le risque de dégât des eaux à venir. Par extension, on garantit également le budget du ménage. En effet, la surconsommation d’eau, même pour un court instant, ne se révèle pas sans incidence : elle se paie sur la facture !

Fuite d'eauRéparer la fuite d’eau

Sur raccord

Face à une fuite d’eau sur raccord, vous aurez besoin de :

  • Deux clés à mollettes.

A chaque clé, son usage. La première servira à maintenir le raccord mâle, la seconde à procéder au serrage du raccord femelle.

Si la fuite d’eau persiste, nul besoin de s’inquiéter. Deux solutions apparaissent :

  • Le joint est décalé de sa surface d’appui : replacez-le correctement, après avoir dévissé la bague.
  • Le joint est fendu : procédez à son remplacement.

Sur tuyau

Une fissure ? une soudure arrachée ? Voilà les principales causes d’une fuite sur tuyau.

Face à ce type de désagrément, utilisez une bande anti-fuite.

Il s’agit d’un pansement très efficace en matière de plomberie. Etirée autour d’une canalisation percée, elle opère tel un bandage autour d’un poignet foulé, d’un plâtre autour d’un pied cassé.

Lorsque la bande anti-fuite entre en contact avec l’eau, elle durcit par polymérisation. En cinq minutes, votre fuite est temporairement colmatée !

Pour appliquer une bande anti-fuite, vous devez :

  • Lire la notice de la bande anti-fuite.
  • Purger le circuit d’eau de votre habitation.
  • Mettre une paire de gants en plastique.
  • Nettoyer et sécher le tuyau endommagé.
  • Tremper la bande anti-fuite dans l’eau en respectant scrupuleusement les instructions données par la notice.
  • Appliquer et enrouler le ruban autour de la fuite.
  • Respecter un temps de séchage conformément aux indications de la notice.
  • Réenclencher le circuit d’eau.

Il ne vous reste plus qu’à vérifier que l’eau ne s’écoule plus de la fuite localisée.

Contacter un professionnel

En cas de traitement provisoire ou de doutes quant à l’efficacité de la réparation, la solution la plus sage est de faire appel à une société de plomberie.

L’intervention d’un professionnel s’avère le plus souvent indispensable.

Désormais, vous avez toutes les clés en main pour réparer temporairement votre fuite d’eau !

Comment poser une vasque de salle de bain ?

Il existe trois principaux types de vasques : la vasque à poser, la vasque suspendue et la vasque à encastrer. Dans cet article, nous parlerons uniquement de la vasque à poser. Découvrez comment poser une petite vasque de salle de bain comme un professionnel !

Quel est le matériel nécessaire ?

Vous n’avez pas besoin de matériels sophistiqués pour installer une petite vasque à poser, les outils de bricolage classiques suffisent. Les accessoires tels que les vis ou les chevilles sont très souvent livrés avec la vasque. En général, vous aurez besoin des matériels suivants :

  • Deux scies cloches avec foret centreur : le diamètre de l’une est égal au diamètre de la bonde, tandis que l’autre est de diamètre plus petit que celui du mitigeur ;
  • une perceuse ;
  • un tournevis ;
  • une pince multiple ;
  • une clé à pipe ;
  • une clé plate ;
  • un mitigeur de salle de bain ;
  • un joint de silicone transparent ou opaque ;
  • un mètre ruban ;
  • un crayon ;
  • une colle à PVC.

Quelles sont les étapes à suivre ?

Préparez la vasque

Certaines vasques ne sont pas percées à l’achat, donc il faut les trouer avant de les poser. Mais ne vous inquiétez pas, c’est assez simple. Marquez l’emplacement de perçage sur la vasque, à l’aide du crayon et servez-vous d’une scie cloche pour y faire un trou. Le trou crée doit être de diamètre égal au diamètre du trou de la bonde.

Prenez des mesures du plan de toilette

Choisissez un emplacement précis (le mieux adapté) sur votre plan de toilette et délimitez le gabarit de la vasque avec des traits de découpe. Pour ce faire, posez la face de la vasque contre le plan de toilette et tracez des lignes de découpe en tenant compte de la bonde d’évacuation et du robinet.
Vous pouvez masquer l’emplacement de la bonde en traçant un point d’intersection ou des diagonales selon son diamètre. En ce qui concerne le robinet, réservez-lui un espace qui lui correspond.

Préparez le plan de vasque

Maintenant que vous avez délimité l’emplacement de la vasque, procédez au perçage du plan de toilette. Pour cela, vous utiliserez la scie cloche, une fois de plus. Servez-vous en pour percer le trou qui accueillera la bonde. Il doit être de diamètre égal au diamètre de la scie et ce, sur le point d’intersection tracé à l’étape précédente. Ensuite, faites un second perçage au niveau du robinet, mais cette fois en utilisant la petite scie cloche.

Installez le mitigeur

Maintenant que le plan de vasque est préparé, vous pouvez poser le mitigeur. Intégrez-le au plan de travail en y vissant ses flexibles. Ensuite, posez le support du robinet, puis passez les flexibles dans le trou percé à cet effet. Après avoir posé le mitigeur sur son support, fixez le robinet dans le plan de travail.

Posez la vasque

Vous avez installé le mitigeur, il ne vous reste plus qu’à poser la vasque. Mais avant, fixez un joint de silicone autour du trou qui lui est destiné, pour éviter les risques d’infiltration d’eau. Ensuite, posez-la et insérez la bonde de manière à ce que cette dernière traverse l’ensemble vasque/plan de travail sans résistance. Une fois les deux en place, vissez la bonde sous le plan de travail pour maintenir la vasque au support. Enfin, mettez le système en service pour vérifier qu’il n’y a aucune fuite aux raccords. Si tel est le cas, vous en avez terminé, votre vasque est opérationnelle !

Comment poser une porte de garage ?

Vous souhaitez faire poser une porte de garage. Votre premier souci est le modèle qui s’adapte le mieux à vos besoins et au style de votre maison. Et une fois votre choix fixé, vous vous demandez comment la poser. La pose d’une fermeture de garage exige des compétences et un savoir-faire particuliers. Il en est de même pour les outils. Quel que soit le modèle choisi, la sécurité prime avant tout.

Quelle porte de garage choisir ?

Les portes de garage du fabricant Novoferm se déclinent en six solutions :

– Sectionnelle. Ce type de fermeture se caractérise par des panneaux isolants disponibles en 20 mm ou en 45 mm d’épaisseur.

– Battante. Cette solution est recommandée si votre garage est sujet à beaucoup d’allées et venues. Les panneaux de mousse polyuréthane de 45 mm d’épaisseur lui confèrent isolation et sécurité optimales.

– Coulissante. Cette fermeture peut être installée à partir de l’un des côtés. Elle représente la meilleure option pour les plafonds bas.

– Basculante. Beaucoup plus abordable que la porte sectionnelle, cette porte de garage qui s’ouvre de bas en haut, convient à tous les budgets.

– À enroulement. Il s’agit de la meilleure solution pour gagner de l’espace. Son tablier 100 % aluminium s’enroule à la verticale.

– Coordonnée. Une particularité des portes de garage du fabricant Novoferm : la porte de garage peut être coordonnée avec la porte d’entrée !

Comment poser une porte de garage ?

L’installation d’une porte de garage requiert plus ou moins d’efforts et de compétences en fonction du modèle que vous choisirez. Le recours à un professionnel vous garantit une pose impeccable et conforme à toutes les normes et réglementations relatives à la pose ainsi qu’un chantier nettoyé. Dans le cas où vous décidez de motoriser votre fermeture de garage, l’installation électrique nécessite une prise de précaution maximale.

Prenons comme exemple la pose d’une porte de garage sectionnelle. Nous avons choisi cet exemple, car c’est le type de fermeture le plus demandé. Même pour ce type très courant, l’installation est plutôt complexe. Voici donc les étapes incontournables pour ce modèle de fermeture de garage :

  • Prendre les mesures et vérifier la faisabilité du projet : pas d’obstacles, espace suffisant, etc.
  • Mettre le cadre vertical en place : assembler les rails, puis fixer le cadre.
  • Installer le guidage horizontal, les rails de guidage, ainsi que les équerres du plafond.
  • Mettre en place les panneaux de la porte de garage.
  • Régler la tension des ressorts.
  • Procéder à l’installation de la motorisation et la programmation.

Même pour un bricoleur confirmé, cette installation complexe prend du temps. En revanche, la pose par un professionnel se fera dans les règles de l’art en quelques heures. Vous avez ainsi l’assurance d’un chantier réalisé dans les temps et à la qualité irréprochable. Qui plus est, vous bénéficiez d’une garantie allant jusqu’à 15 ans sur le produit, sur son installation et sur son bon fonctionnement.

Sachez que la porte de garage que vous aurez choisie doit être bien balancée et offrir une étanchéité optimale. Elle ne doit présenter aucune friction susceptible de provoquer une usure prématurée.

Cet article vous intéressera peut-être: Comment installer un ouvre porte de garage ?

Comment photographier sa maison comme un pro ?

Vous souhaitez photographier votre maison pour la vendre, la louer ou pour votre plaisir, mais vous ignorez par où commencer ? Dans cet article, nous vous montrons comment vous y prendre. Nous y présentons des astuces qui vous permettront de faire des prises de qualité. Découvrez comment filmer l’intérieur et l’extérieur de votre maison comme un professionnel.

Comment photographier l’intérieur de sa maison ?

Equipez-vous d’un appareil de qualité et un objectif grand-angle

Pour obtenir des photos de pro, il faut disposer d’un appareil de qualité. Fort heureusement, il existe d’excellentes alternatives en matière d’appareils photo, vous n’êtes donc pas obligé de débourser des sommes importantes pour acquérir un modèle professionnel. Certes, l’idéal reste le reflexe à objectifs interchangeables, mais il existe aussi des modèles compacts plus abordables et performants. A côté de cela, vous pouvez vous servir d’un smartphone de dernière génération. Ils sont équipés de capteurs suffisamment puissants pour fournir des photos correctes.

Rangez et nettoyez avant de passer au shooting

Lorsqu’une maison est bien rangée et propre, elle semble plus chaleureuse et plus accueillante. Lors du rangement, débarrassez-vous du superflu pour ne garder que le strict minimum. Rangez la vaisselle dans les placards et les vêtements dans les armoires, videz la salle de bain de ses produits de beauté et accessoires inutiles pour la photo. Plus une pièce est surchargée, moins elle semble spacieuse et agréable à vivre.

Ouvrez les stores et allumez les lumières

Ouvrez votre maison au maximum possible, et laissez la lumière naturelle inonder toutes les pièces que vous souhaitez immortaliser. La lumière est l’élément le plus important d’une photo, et le soleil est l’ingrédient idéal pour créer des effets de qualité. Et si une pièce reçoit plus de lumière qu’il n’en faut, utilisez des rideaux blancs fins pour la diffuser.
Par contre, si une pièce ne reçoit pas suffisamment de soleil, allumez des ampoules.

L’idéal serait de disposer de lampes avec abat-jours fermés telles que les lampes de bureau. Vous pouvez également vous procurer les modèles de lampes halogènes qu’utilisent les artistes, si vous en avez les moyens, elles ne coûtent pas cher.

Mettez l’accent sur les détails les plus attrayants

En photographie d’intérieur, ce sont les détails qui font la différence. Un carrelage luxuriant, une cheminée en marbre, de jolies moulures au plafond ou un parquet de bois massif sont des éléments qui mettraient votre maison en valeur. Trouver juste un bon angle de vue pour donner une représentation fidèle des décors, et vous obtiendrez des photos de qualité.

Photos maisonComment photographier l’extérieur de sa maison ?

Le côté extérieur d’une maison est le plus facile à photographier. Ici, la plus grande difficulté vient de la gestion de la lumière naturelle. Tout commence par la vérification de la météo. L’idéal serait de programmer votre séance par un temps dégagé et ensoleillé. Plus il y aura de lumière, plus l’appareil captera de détails.

Votre jardin sera plus rayonnant et votre façade plus lumineuse. Et si quelques nuages s’invitent à la fête, vous acquerrez plus de profondeur et de mouvement dans vos prises.
Toutefois, un ciel nuageux ou couvert n’est pas synonyme de mauvaise photo.

En général, la lumière qui en ressort est plus douce, ce qui tend à aplatir les volumes de la maison. Pour réussir vos prises par un tel temps, il faut les effectuer en pleine journée.
Et si les environs de votre maison ne sont pas très attirants, privilégiez des séances au coucher du soleil. Le mélange lumière naturelle du crépuscule/lumières des ampoules à l’intérieur de la maison donnera plus de chaleur à vos photos. Il n’est pas question ici de cacher la vérité, au contraire, vous la présenterez sous son meilleur angle.

Si vous souhaitez voir de magnifiques photos professionnelles de voyage et des astuces de voyages, alors rendez-vous sur oeildevoyageur.com et vivez l’expérience du bonheur des yeux.

Comment créer facilement son système d’arrosage enterré

Réaliser soi-même son système d’arrosage enterré

Une pelouse de jardin verdoyante nécessite un arrosage abondant et régulier. Pour cela, un système d’arrosage enterré est le moyen efficace pour apporter une solution durable. Avec des kits d’arrosage automatique bien adaptés, vous pourriez alors réaliser des économies substantielles. Suivez ce guide de réalisation !

Pourquoi installer un système d’arrosage enterré ?

Un système d’arrosage enterré vous permet d’entretenir convenablement votre jardin et de l’arroser judicieusement même lorsque vous êtes absents. Vous n’aurez plus besoin de vous soucier au quotidien de l’apport en eau au profit de votre gazon ou de vos plants. C’est un programmateur automatique qui s’en charge en votre place de manière totalement autonome et efficace. L’arrosage automatique a en plus l’avantage d’utiliser la bonne quantité d’eau, afin de vous éviter tout gaspillage. L’arrosage enterré, comme son nom l’indique, n’est pas en surface. Vous n’aurez donc pas sous les yeux l’image inesthétique des tuyaux qui émergent dans tous les coins de votre jardin, et qui peuvent gêner le passage de la tondeuse. Enfin, un système d’arrosage enterré est silencieux !

Comment créer son réseau d’arrosage enterré ?

Il est clair qu’on ne se lance pas dans un tel projet les yeux fermés. Un plan d’arrosage détaillé de votre jardin est indispensable afin de définir le type d’arroseurs indiqués (turbine rotative ou tuyère), la portée du jet (entre 2,5 et 5 m), le diamètre de l’arroseur rotatif (entre 5 et 14 m), etc.

Pour arroser parfaitement une petite surface de jardin (moins de 5 mètres de côté), choisissez un arroseur fixe. Dans le cas d’une surface moyenne (de 5 à 13 mètres de côté), un arroseur rotatif est conseillé.

Pompe d'arrosage

L’installation du réseau

1. Tracer les repères et creuser les tranchées

Plantez des piquets ou des supports d’arrosage aux différents emplacements prédéfinir. Reliez les piquets l’un à l’autre à l’aide d’une corde pour matérialiser l’acheminement des tuyaux. Avec votre bêche, déplaquer le gazon d’environ 30 centimètres de profondeur le long des cordes, en conservant une motte de terre facile à remettre en place. Retirez la corde et les piquets. Déposez dans la tranchée un lit de 5 cm de gravier pour faciliter l’évacuation de l’eau des vidanges.

2. Installer les réseaux du système d’arrosage

Démarrez avec l’arroseur le plus éloigné de la source d’eau (pompe ou robinet). Positionnez le raccord d’angle sur le tuyau, ensuite l’arroseur et le téflon. Enfoncez provisoirement un piquet à l’arrière de l’arroseur comme tuteur. Fixez-le bien droit avec du ruban adhésif. Déroulez le tuyau dans la tranchée, jusqu’à l’arroseur qui suit ou jusqu’à une dérivation. La pose d’un second arroseur est effectuée à l’aide d’un collier directement fixé sur le tuyau. Pour une dérivation, sectionnez les tuyaux sans bavure en vous servant d’un coupe-tube et faites un « raccordage » en T pour orienter la distribution vers un autre point.

3. Mettre en service le système d’arrosage enterré

Alimentez vos différents circuits en eau. Vérifiez le fonctionnement des arroseurs et l’étanchéité de chaque tuyau. Au besoin, réglez la portée de chaque arroseur. Refermez la tranchée en veillant à ce que les arroseurs soient à fleur le sol et bien droits. Avec votre râteau, ramenez la terre en replaçant les plaques de gazon.

Comment installer sa pompe à chaleur : on vous dit tout

Vous vous êtes enfin décidé. Ce mode de chauffage, vous en rêviez depuis longtemps. Vous avez sauté le pas et vous avez acheté une pompe à chaleur. Pour faire baisser les coûts, vous avez prévu de la poser vous-même. Mais à quel moment est-il préférable que vous fassiez les travaux ? De quel matériel avez-vous besoin ? On vous dit tout pour savoir comment installer sa pompe à chaleur.

Déterminer le meilleur moment pour installer sa pompe à chaleur

Il n’y a pas de moment idéal pour être dans les travaux me diriez vous. Et vous avez raison. L’instant propice pour changer l’intégralité de votre installation est celui qui sera le moins contraignant pour vous. Vous avez décidé de faire le montage vous-même, tirez en profit. Ainsi vous n’ êtes pas soumis à l’agenda d’un artisan. L’important est que soyez disponible pour mener à bien votre mission : sans aléas potentiels et sans pression. Cette condition est la clé d’une installation sereine et réussie.

Il est également préférable de programmer votre changement de mode de chauffe les mois où le climat est plus clément. La durée de la pose de votre climatisation peut varier d’ une journée à plusieurs jours. Ainsi, cette recherche d’économies de chauffage ne doit pas engendrer des économies de confort.

Choisir l’emplacement idéal pour poser sa climatisation

Une fois installé, votre nouveau système de chauffage n’est pas amené à être déplacé. Il est donc important de bien réfléchir à l’endroit où vous souhaitez l’affecter.
L’efficacité, la sécurité et la longévité de votre équipement en dépendent. Votre bien-être aussi. Ainsi, vous devez vous poser des questions sur :

  • l’impact sonore de votre installation ;
  • la proximité avec l’habitation d’un voisin ;
  • l’intégration du design de votre pompe à chaleur dans le décorum de votre intérieur ;
  • les branchements électriques nécessaires pour les unités de votre système ;
  • la configuration de votre logement ;
  • la distance avec d’autres émetteurs de chaleur ;
  • les caractéristiques techniques de votre pompe a chaleur.

L’unité extérieure doit nécessairement être positionnée en dehors du logement. Pour le module hydraulique, libre à vous de déterminer le meilleur endroit.

Installer votre pompe à chaleur

Les grandes étapes

  • Poser et configurer l’unité intérieure ;
  • installer le module extérieur ;
  • raccorder les unités entre elles.

Voici les étapes incontournables auxquelles vous allez devoir faire face pour installer votre pompe à chaleur.
Il est important de respecter le processus précis de chacune de ces phases et de se fier à la notice de votre appareil.
Sa mise en marche doit obligatoirement être effectuée par un professionnel.

Les outils indispensables

Voici une liste non-exhaustive des outils dont vous aurez assurément besoin pour poser votre climatisation réversible.

  • De la visserie adaptée ;
  • des outils d’électricien ;
  • votre boîte à outils ;
  • votre pompe à chaleur et ses accessoires.

Une fois équipé, vous n’avez plus qu’à vous lancer.

Installer soi-même sa pompe à chaleur nécessite de la préparation, la maîtrise de certaines compétences et un équipement adapté. En cas de difficulté, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel.

Pompe à chaleur et économie d’énergie

Les dépenses liées au chauffage pèsent de plus en plus lourd dans le budget des ménages et ce n’est pas uniquement la faute des installations énergivores; le prix de l’énergie lui-même ne cesse d’augmenter.

La pompe à chaleur est une solution de chauffage moderne à énergie renouvelable. Il s’agit d’une réelle alternative au chauffage et clim classiques qui sont devenues des installations communes dans la plupart des logements.

Pourtant, la pompe à chaleur représente une alliée avec de nombreux avantages.

En premier lieu, c’est non seulement un chauffage performant, mais surtout économique. La pompe à chaleur peut vous permettre de réaliser jusqu’à 70% d’économies d’énergie par rapport à une installation traditionnelle.

Au-delà de son confort et de sa facilité d’installation, ce système va vous faire baisser drastiquement la facture d’énergie de votre habitation.

Le ratio de rendement s’établit à environ 1 kWh payé pour 3kWh de chaleur produite.

De ce fait, si votre ancien système de chauffage fonctionnait au fioul ou au gaz, vos dépenses de chauffage seront au moins réduites de moitié.

Si vos appareils dépendaient du propane ou de l’électricité, vos dépenses en matière de chauffage peuvent être divisées par 3, voire 4.

L’isolation périphérique de votre façade à Nyon

Vous aimeriez procéder à l’isolation de votre façade à Nyon ou dans ses environs ? Vous faites bien de nous lire. Dans cet article, nous vous montrons ce que cela implique. Principe, matériaux utilisés, étapes de pose, nous vous expliquons cette opération dans les moindres détails.

L’isolation périphérique : qu’est-ce que c’est ?

L’ isolation périphérique est une opération qui consiste à isoler la partie enterrée d’un mur. Elle peut s’effectuer sur l’ensemble des murs d’une maison, dans la continuité de leur isolation. L’objectif est de protéger le mur contre l’humidité du sol ou tout autre attaque de la nature (les venues de racines par exemple).
Cette opération n’a aucune incidence sur la surface habitable, au contraire, elle comporte de nombreux avantages. Grâce à elle, vous n’aurez plus besoin d’abandonner votre logement. Par ailleurs elle constitue une barrière contre l’eau et empêche l’infiltration de l’humidité extérieure. En période hivernale, elle permet de restreindre les pertes calorifiques causées par la neige.

Quels matériaux utiliser pour une isolation périphérique réussie ?

Le polystyrène expansé

Les panneaux en polystyrène expansé (PSE) sont les plus utilisés pour l’isolation périphérique des logements, notamment les villas et les maisons. Avec une structure faite de 98% d’air, ils constituent d’excellents isolants thermiques. Ils brillent aussi par leur rigidité qui leur confère une résistance mécanique et une durabilité hors du commun. Le polystyrène expansé est également hydrophobe, propriété essentielle en cas d’inondations ou d’infiltration. Enfin, il est léger, donc facile à manier.

La laine de roche

Les panneaux en laine de roche sont produits par fusion et fibrage, à partir de roches volcaniques. Excellent isolant thermique, la laine de roche inhibe fortement les pertes de chaleurs. Grâce aux propriétés hydrophobes que lui confère sa structure non capillaire, elle résiste à l’eau. Le fait est qu’elle est insensible aux infiltrations de pluie et de neige, car l’eau ne la pénètre pas. Par ailleurs, elle résiste aux insectes tels que les termites. Etant un matériau d’origine minérale, elle ne leur fournit aucun apport en nutriments, donc, elle constitue une barrière naturelle à leur développement. Enfin, la laine minérale est réfractaire au développement des micro-organismes, on dit qu’elle est imputrescible.

La laine de bois

Les panneaux en laine de bois sont de plus en plus populaires à Nyon. Ils sont fabriqués à base de copeaux de bois moulés et accolés par un liant tel que le plâtre, le ciment ou la magnésite. Premier isolant écologique, la laine de bois est néanmoins moins efficace en matière d’isolation thermique. C’est la raison pour laquelle ses panneaux sont plus épais. L’objectif est d’obtenir les mêmes performances que les autres matériaux en hiver. En revanche, ils offrent un excellent confort en été.

Quels sont les étapes d’une opération d’isolation périphérique ?

L’isolation périphérique d’une façade se déroule en trois principales étapes :

  • préparez le support de l’isolation périphérique : cette étape permet de préparer l’ouvrage selon les normes recommandées par le fabricant.
  • montez l’isolation périphérique et collez la : c’est au cours de cette phase que sont fixés les panneaux isolants.
  • enrobez l’isolation périphérique : cette opération consiste en la protection des panneaux d’isolation avec une couche d’enrobé.
Baignoire îlot : comment l’installer convenablement ?

Comment installer une baignoire îlot ?

La baignoire îlot se distingue des baignoires classiques par son charme et son style. De ce fait elle fait partie des installations de douche les plus prisées, qui procurent confort et bien-être aux utilisateurs. Grâce à sa constitution, elle rajoute du relief à la décoration intérieure en apportant un design original. Cependant il faut savoir bien l’installer pour s’éviter une mauvaise expérience. Quelles sont alors les étapes à suivre pour installer comme il se doit une baignoire en îlot ? Eléments de réponses !

Principales étapes d’installation d’une baignoire îlot

Une baignoire îlot change l’ambiance ou l’allure de votre salle de bain. Elle varie en fonction de ses différents styles qui eux-mêmes, sont fonction du choix pour lequel vous avez opté. Il existe par exemple :

  • Une baignoire dite rétro ;
  • Une baignoire design ou encore ;
  • Une baignoire en forme sabot sur pied pour ne citer que ceux-là.

D’une façon générale, pour installer baignoire ilot, il faut de l’ingénierie, de l’application et de la méthode.

Il faut donc faire appel à des professionnels ou des installateurs agréés de baignoire îlot dans votre région ou disponibles en ligne. Vous bénéficierez ainsi de leurs avis, conseils et expertise. Les travaux qu’ils réaliseront dans votre propriété se dérouleront en quatre principales étapes.

Installer le mitigeur

L’installation du mitigeur figure parmi les toutes premières choses à faire lors de la pose d’une baignoire de ce type. Vous avez plusieurs possibilités de choix à cet effet. 

On distingue le mitigeur en colonne qui repose sur le sol et qui va être fixé par-dessus la baignoire. Il y a également le modèle encastrable qui s’incruste directement dans le mur et bien d’autres pour installer votre baignoire îlot.

Mettre en place le vidage

Cette étape est délicate et pour qu’elle soit réussie il faut être précis. Elle commence par la disposition du joint exactement sur l’orifice de la bonde.

Il faut ensuite visser correctement la grille qui sert à l’écoulement et parvenir à poser le joint sur le siphon. Après fixation de ce dernier sur la bonde de vidage, le processus se poursuit par l’installation à tour de rôle du trop-plein et du bouton de vidage. Ainsi, une fois à cette étape, vous pouvez connecter le dispositif flexible reliant le trop-plein à la bonde de vidage de la baignoire îlot. Pour un rendu parfait, vous devez aussi aménager votre salle de bain (plus de détails sur Nidouillet).

Installer l’évacuation

Ici, il faut emboiter les flexibles qui servent à l’alimentation avec un joint mastic puis les relier au mitigeur. Après avoir nettoyé le tuyau d’évacuation, vissez la bague dite de serrage au siphon.

Il est recommandé de prendre l’habitude de verser régulièrement de l’eau pour vérifier l’étanchéité de l’installation.

Fixer définitivement la baignoire

Pour y arriver il faut d’abord ajuster le niveau de chaque pied de votre baignoire. Adaptez progressivement à partir de là, le mitigeur à l’emplacement définitif choisi pour la baignoire îlot. Pour finir les travaux, passez à l’habillage et la finition de la baignoire.

Les outils à utiliser pour installer une baignoire îlot

Pour cette opération, vous devez vous munir de certains outils dont : 

  • Une baignoire à îlot, élément indispensable à la réussite de l’ouvrage ;
  • Des dispositifs tels que le trop-plein ;
  • La bonde et le siphon et leurs joints respectifs ;
  • Un jeu de tournevis et de clés plates ;
  • Un robinet douche avec ses joints ;
  • De la colle PVC ;
  • Un niveau à bulle ;
  • Un perforateur et un marteau.

Vous l’aurez compris, la pose d’une baignoire îlot demande un certain savoir-faire ainsi qu’un type de matériel. Mais si vous suivez les conseils ou faites appel à un installateur, l’opération devrait bien se dérouler.  

Nettoyage et le débouchage de vos canalisations: quelle méthode choisir ?

Des mauvaises odeurs envahissent votre logement depuis quelques jours ? L’évacuation de l’évier de votre salle de bain devient de plus en plus difficile ? Il y a fort à parier que vos tuyaux sont bouchés et qu’ils ont besoin d’un bon nettoyage. Voyons comment procéder au nettoyage et au débouchage de vos canalisations.

Détartrez rapidement votre centrale vapeur

Votre centrale vapeur est votre meilleure alliée. Vous l’utilisez très régulièrement. Comme vous le savez, cette machine fonctionne avec de l’eau, or, celle-ci peut, à cause du calcaire, entartrer votre appareil. C’est d’ailleurs pourquoi il vaut mieux utiliser de l’eau déminéralisée. 

Un détartrage régulier s’impose

L’eau du robinet peut entacher le bon fonctionnement de l’appareil si elle est calcaire. Le tartre entassé a tendance à empêcher la vapeur de sortir. De plus, les morceaux de calcaire peuvent laisser des traces grises sur le linge. Pour éviter cela, il faut bien détartrer sa centrale vapeur. Si vous n’effectuez pas un détartrage régulier, vous risquez d’endommager votre appareil, ce qui serait vraiment dommage. Cela impacterait fortement votre quotidien, vous le savez. Le mieux, est de choisir une centrale vapeur dotée de résistances chauffantes hors du réservoir ou encore, une machine ayant un système anticalcaire efficace. Sinon, vous pouvez utiliser des cartouches de protection comme des tiges anticalcaire. Il est d’ailleurs recommandé, de procéder au détartrage de votre centrale vapeur une à trois fois par an, en fonction de votre utilisation, voire, toutes les 10 séances de repassage. 

Préservez la longévité et les performances de votre centrale vapeur

Pour vous aider dans cette tâche, il existe aussi un détartrant performant qui dissout le calcaire rapidement. Ce nettoyant garantit un détartrage optimal. De cette manière, vous pourrez utiliser votre centrale à vapeur comme bon vous semble, sans risquer de ternir votre linge. Grâce à ce produit, vous préserverez la longévité de votre appareil ainsi que ses performances. Alors, si vous constatez une perte de puissance ou découvrez que votre machine est sévèrement encrassée, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Après tout, cette machine vous fait gagner un temps phénoménal, alors, depuis que vous l’avez, vous pouvez profiter davantage de votre temps libre. C’est vrai, la centrale vapeur est vraiment l’outil parfait pour jouir d’un résultat vraiment optimal, tout en vous offrant praticité, facilité et rapidité. Il faut donc en prendre soin pour éviter de perdre tout cela !

Pourquoi remplacer la vitre de votre poêle à bois ?

Un poêle à bois est ce qu’il y a de plus chaleureux dans une maison. Sa chaleur réconfortante en hiver en séduit plus d’un, tout comme son aspect économique. Bien que simple, son entretien est indispensable afin de garantir son bon fonctionnement mais aussi votre sécurité.

Quand dois-je changer la vitre de mon poêle à bois ?

La vitre d’un poêle à bois est un élément à surveiller. Il est essentiel qu’elle reste en bon état afin de garantir sécurité et efficacité. Même si elle est conçue pour résister à de très hautes températures, elle ne résiste pas aux chocs extérieurs pouvant provoquer une cassure ou une fissure.
L’usure d’une vitre peut être constatée si : elle noircit rapidement, elle est fissurée ou cassée, votre poêle chauffe moins bien. À ce stade, un changement de vitre est nécessaire et il est possible de faire appel à un professionnel ou bien effectuer ces travaux vous-même. Vous pouvez remplacer l’ancienne par une vitre de poêle Invicta, choisie parmi les différents modèles proposés.

Comment remplacer la vitre ?

Tout d’abord, si vous souhaitez remplacer votre vitre, munissez-vous du matériel adéquat. Il est important de porter des gants pour éviter toute blessure, surtout si la vitre est fissurée.
Voici le matériel nécessaire :

  • Les joints de vitre et de porte d’origine (ou nouveaux)
  • Des gants de protection
  • Un tournevis
  • Une paire de ciseaux
  • Un aspirateur, brosse à poils souples

Avant tout, assurez-vous de vous procurer une vitre aux dimensions exactes. Il en existe plusieurs types, de plusieurs formes et dimensions.
Premièrement, dégondez la porte du poêle en la soulevant et posez-la sur une surface plane.
Ensuite, retirez la vitre en dévissant les vis. Retirez aussi l’ancien joint et décollez, à l’aide d’un tournevis, les résidus restants comme le mastic. Finissez ce nettoyage par un coup d’aspirateur. Une brosse à poils souples permet d’atteindre et de nettoyer les endroits inaccessibles.
La prochaine étape consiste à coller le joint d’étanchéité, remplacez-le par un nouveau s’il est trop abîmé. Pour ce faire, humidifiez la zone où il sera placé, appliquez de la colle à joint et placez votre joint en coupant l’excédent à l’aide de ciseaux.
À présent, posez délicatement votre vitre, replacez les joints de portes et revissez les boulons en serrant modérément, au risque de fissurer votre nouvelle vitre.

Quelques gestes pour entretenir un poêle à bois

Il est important de vider régulièrement le cendrier afin de préserver l’efficacité et les performances de votre poêle à bois. Veillez tout de même à laisser une couche de cendre au fond du foyer afin d’isoler la chambre de combustion.
Nettoyez la vitre à l’aide d’un chiffon ou de papier journal humide que vous imbiberez de cendre froide. Cette méthode est très efficace pour retirer les traces de suie.
L’extérieur du poêle peut être nettoyé avec un aspirateur ou bien un chiffon sec.
Vérifiez l’état des joints de portes en testant leur étanchéité.

Comment nettoyer la cheminée de votre poêle à bois ?

Avoir un poêle à bois est idéal si vous aimez les ambiances chaleureuses. Très sollicité pendant l’hiver, il permet de chauffer parfaitement la maison tout en faisant des économies.
L’entretenir ne doit pas être une option, particulièrement lorsque sa vitre est endommagée. Fissure ou cassure, il est important de la remplacée pour préserver l’efficacité du poêle, mais surtout pour votre sécurité. Vous pouvez changer vous-mêmes la vitre de votre poêle à bois, c’est plus rapide, mais surtout plus économique.

Construire une cabane en bois pour votre enfant

Vous souhaitez construire une cabane en bois pour votre enfant ? Vous êtes à la bonne adresse. Ce guide vous présente toutes les étapes à suivre pour bâtir une cabane sécurisée, durable et confortable pour les touts petits.

Visualisez votre projet

La construction d’une Cabane bois enfant ne s’improvise pas, elle se planifie. Pour bien préparer votre projet en amont, posez-vous les bonnes questions. A quelle utilisation sera dédiée la cabane ? Pour des enfants de quel âge ? Combien d’occupants pourra-t-elle contenir ? Vont-ils y dormir ?
A quoi servent toutes ces questions ? Elles vous permettront de définir les caractéristiques de la cabane (surface, hauteur…), le niveau de confort, les matériaux utilisés, ainsi que le modèle et le plan les mieux adaptés.

Déterminez l’emplacement de la cabane en bois

Maintenant que vous êtes fixés sur le type de cabane pour enfant que vous souhaitez construire, déterminez en l’emplacement. Choisissez un emplacement qui donne une impression de liberté aux enfants, mais pas trop. Cela signifie que l’espace choisi doit être discret, mais pas loin des regards des adultes.

Préparez les matériaux dont vous aurez besoin

Maintenant que l’étape de conception est terminée, vous pouvez amorcer la préparation des matériaux. Commencez par rassembler tous les outils dont vous aurez besoins : crayon, mètre ruban, scie à guichet, marteau, scie sauteuse, scie circulaire, perceuse, équerre, niveau…, tout doit être prêt avant le début des travaux. Ensuite, passez aux matériaux :

  • lattes de bois (2,5 x 15 cm) ;
  • moulures quart de rond ;
  • bois d‘ossature : chevrons de 50 x 70 mm et solives de 50 x 110 mm ;
  • contreplaqué (2cm d’épaisseur) ;
  • bardeaux ;
  • clin pour bardage en bois ;
  • vis galvanisées de 7,5 cm ;
  • rouleaux bitumés ;
  • clous à couverture.

Une fois que tout le matériel est rassemblé, vous pouvez commencer à couper vos bois (chevrons, planches…) selon les dimensions qui figurent dans le plan.

Assemblez le plancher qui servira de base

Dans cette étape, vous aurez besoin de chevrons et de planches. Positionnez les chevrons sur le sol et posez-y les solives, perpendiculairement. Fixez les solives par vissage sur chaque chevron traversé, en prenant le soin d’imposer deux points de fixation par chevron. Enfin, enfoncez bien les têtes de vis.

Construisez les cadres dédiés à l’ossature des murs

Ici, l’objectif est de construire l’ossature sur laquelle sera fixé le bardage. Pour cela, vous aurez besoin de chevrons, ceux qui viendront se fixer au plancher. Comment procéder ? Construisez l’ossature du mur du fond, élaborez le mur de façade, construisez des murs latéraux. Profitez-en aussi pour construire vos fenêtres.

Fixez l’ossature des murs à la base

Maintenant que vos cadres sont construits, fixez-les à la base en commençant par le mur du fond. Enchaînez avec les murs latéraux, en les fixant solidement à la base de la cabane puis au cadre du mur du fond. Passez ensuite au mur de façade. Vissez-le également à la base, puis aux murs latéraux.

Montez le toit et procédez aux finitions

Construisez une nouvelle ossature pour le toit, en fonction du nombre de pentes que vous souhaitez obtenir et recouvrez-la avec du contreplaqué. Ensuite, consolidez le contreplaqué à l’aide d’un tasseau, puis recouvrez-le de rouleaux bitumés. C’est bon, votre toit est prêt !
Le gros œuvre est terminé, vous pouvez maintenant procéder aux finitions :

  • recouvrement des têtes de vis ;
  • Confection la porte d’entrée ;
  • Montage des volets pour les fenêtres ;
  • Assemblage des tasseaux et des planches.
Comment changer le tablier d’un volet roulant ?

Vous aimeriez changer le tablier de votre volet roulant, mais vous ignorez comment procéder ? Dans cet article, nous vous présentons les étapes à respecter. Découvrez comment remplacer une lame détériorée sans faire appel à un professionnel.

Quelles sont les étapes à respecter ?

Le remplacement d’un tablier de volet roulant sur ce site est une opération plutôt simple, à condition d’en maîtriser les étapes. En fonction des dégâts subis par le tablier, elle peut prendre 15 à 30 minutes. Les étapes à suivre sont présentées ci-dessous.
Notez qu’avant de commencer il faudra préparer le nombre exact de lames neuves dont vous aurez besoin pour finaliser l’opération.

Fermez le volet roulant et ouvrez le caisson

Il est conseillé de fermer le volet roulant entièrement avant d’ouvrir le caisson. Si vous disposez d’un tablier pour volet roulant traditionnel, il vaut mieux l’ouvrir depuis l’intérieur de la maison. Mais s’il s’agit d’un volet roulant rénovation, ouvrez-le via le coffre à l’extérieur.

Dégrafez l’ancien tablier puis retirez-le

L’objectif dans cette étape est de désolidariser l’ancien tablier de l’axe d’enroulement. Celui-ci y est fixé à l’aide d’attaches/agrafes. Otez les butées basses (celles qui bloquent le volet), ensuite faites ressortir la dernière lame du volet en enroulant le tablier (si vous êtes seul, faites-vous aider). Pendant que vous tiendrez le tablier, votre assistant l’enroulera autour de l’axe.
Il existe divers systèmes d’agrafes/attaches (languette, clips…), donc c’est à vous d’adapter votre technique. Il ne vous reste plus qu’à tirer le tablier vers le haut, pour le sortir de son tube d’enroulement.

Enlevez la lame détériorée

Repérez la lame à changer (celle qui est détériorée) et faite glisser celle qui est au-dessus. A l’aide d’un tournevis, tapotez doucement et sortez la lame abimée de la glissière, en la faisant coulisser sur la lame inférieure. Maintenant qu’elle est sortie du tablier, vous pouvez procéder à son remplacement.

Remettez la nouvelle lame

Prenez la glissière du dessous de la nouvelle lame, et mettez-la dans l’encoche de la lame inférieure. Pour vous rassurez que la nouvelle lame arrive à même distance des autres, faites coulisser délicatement. Ensuite, faites coulisser la partie supérieure de la nouvelle lame dans la partie inférieure, et le tour est joué. Vous avez reconstruit vos lames !

Installez le nouveau tablier

Apportez le nouveau tablier livré enroulé et engagez-le, en commençant par la lame finale en aluminium.
Attention : veillez à ce que les lames soient insérées dans le bon sens ! Leur partie creuse doit être en contact avec l’axe d’enroulement. Enfin, faites descendre toutes les lames jusqu’au fond des coulisses de guidage.

Enclenchez puis fixez les attaches

Commencez cette étape en enfilant les attaches sur la lame la plus haute. Ensuite, fixez-les sur le tube d’enroulement. Commencez par les extrémités, puis répartissez les autres attaches le long du tablier, avec un espacement de 50 cm (si le volet est de grandes dimensions, prévoir au moins 2 attaches par tablier).
Si vous prévoyez installer des butées d’arrêt, percez la lame finale de chaque côté et vissez-y les butées. Enfin, descendez entièrement le volet pour vérifier s’il fonctionne bien. La réparation est terminée !

Quels sont les ressources nécessaires

Pour mener à bien une telle opération, vous devez disposer des ressources suivantes :

  • Un tournevis ;
  • Une perceuse : pour la fixation des butées coniques ;
  • Enfin, il vous faut un assistant qui vous aidera à maintenir le tablier
Comment faire soi-même un mini garage en bois ?

Faire soi-même son mini garage en bois

Il n’y a pas mieux qu’un mini garage en bois pour servir d’abri sûr, à la fois fonctionnel, durable, écologique et surtout esthétique pour votre voiture. Très en vogue actuellement auprès des particuliers, ce type de toit protecteur de véhicule répond à toutes les exigences. Mais comment le créer ? Voici la solution étape par étape !

Construire un mini garage en bois

Le garage en essence de bois est un traditionnel. Avec son aspect naturel, il s’intègre parfaitement à n’importe quel type de maison. Robuste durable et très esthétique, il décore admirablement votre espace extérieur. En général, les garages en bois sont proposés en kit livré avec une notice détaillée. Ainsi, leur montage est rapide et facile à suivre.

Les préparatifs

Pour créer un mini garage en bois, il est toujours prudent de vous renseigner auprès de votre mairie sur les règlements en vigueur. Les démarches administratives varient souvent en fonction de la commune et des travaux.

Par ailleurs, avant de vous lancer, voici une liste de matériel de base à avoir nécessairement pour réaliser votre projet en toute sérénité :

• Une paire de gants ;

• Des lunettes de protection ;

• Une échelle ;

• Une niveleuse à bulle ;

Une perceuse-visseuse ;

• Différentes tailles de vis à bois ;

• Des mèches ;

• Un cutter ;

• Un maillet.

Les outils

Les étapes de la construction

1. La pose de la dalle en béton

Comme préalable à toute action, il est indispensable de couler une dalle de béton correspondant à la superficie du garage pour préserver le local de l’humidité du sol. Notez qu’il faut compter au moins 2 semaines de temps de séchage.

2. Le montage de l’ossature en bois

Il se déroule côté après côté comme dans un jeu de construction, en suivant les directives de la notice. Montez chaque face du garage en fixant l’ossature sur la dalle grâce à des vis adaptées.

3. Le montage de la porte du garage

Il existe différents modèles de portes de garages en bois, livrés ou non avec le kit. Pensez à bien choisir un modèle pratique et fonctionnel, en vérifiant soigneusement les dimensions adaptées.

4. La mise en place du pare-pluie

Les panneaux de bois sont très sensibles à l’humidité. Il est donc primordial de poser des bandes de pare-pluie sur les faces extérieures du garage. Maintenez ces dernières à l’aide de tasseaux.

5. La pose de la toiture

Fixez la toiture sur la charpente. L’opération est souvent délicate et prend assez de temps. Comme pour l’ossature du garage, n’oubliez pas de poser un pare-pluie par-dessus.

6. Le traitement du bois

À moins d’avoir utilisé un bois ayant déjà reçu des traitements de protection (bois autoclave) les poutres qui équipent l’ossature de votre garage sont en bois brut. Il convient d’appliquer sur l’ensemble de la structure, une couche de protection contre les rats, les insectes, les champignons…

7. Les finitions intérieures et extérieures

La construction de votre garage est pratiquement terminée ! Cependant, il vous reste à peaufiner légèrement son côté esthétique. Appliquez du Placoplatre pour l’habillage intérieur. Faites votre installation électrique (luminaires LED, porte robotisée, etc.). Posez une gouttière sous la toiture !

Comment poncer une table comme un pro ?

Le ponçage d’une table est une opération absolument indispensable qui déterminera directement la qualité de la finition. L’objectif est de rendre la surface totalement uniforme pour qu’elle soit ainsi prête à recevoir son traitement. Le recours à une ponceuse est indispensable, mais attention car certaines précautions doivent être prises dès le départ.

La préparation du support

La préparation de la table est nécessaire avant de poncer :

  • Commencez toujours par travailler dans un endroit ventilé. Cela permet l’évacuation de manière beaucoup plus facile des différentes poussières.
  • Positionnez judicieusement la table et si nécessaire la rehausser afin de travailler à la bonne hauteur. Cela vous évitera certaines douleurs au niveau du dos.
  • Utilisez systématiquement un masque de protection pour éviter d’inhaler des poussières.
  • Enfin, nous vous recommandons d’utiliser un aspirateur pour que votre environnement soit toujours propre.

Choisissez avec minutie votre ponceuse

Plutôt que d’utiliser un ponçage à la main, orientez-vous vers une ponceuse de qualité qui vous offrira un rendu beaucoup plus uniforme et lisse. De plus, le travail sera beaucoup plus agréable et grandement facilité surtout pour une surface conséquente. La ponceuse vibrante est l’appareil incontournable qui vous offrira un rendu absolument remarquable.

Le travail de ponçage

Maintenant que vous avez effectué toutes les précautions d’usage, il vous reste une dernière vérification avant de vous lancer. Il s’agit des abrasifs et notamment de la taille des grains. En effet, le ponçage s’effectue avec plusieurs passages successifs avec un papier grossier dans un premier temps et ensuite de plus en plus fin. C’est une méthode efficace pour que votre table soit parfaitement lisse.

Concernant les papiers abrasifs, il faut savoir que plus le chiffre demeure élevé, plus le grain est alors fin. Pour commencer votre ponçage, nous conseillons de commencer par un grain 80 correspondant à un travail plus grossier. Néanmoins, les abrasifs seront parfaits pour un premier passage. Ensuite, vous allez pouvoir utiliser un grain 120 et affiner au fur et à mesure jusqu’à un grain 200.

Concernant le travail avec la ponceuse vibrante, il faut que vous soyez le plus régulier possible dans votre travail. Repérez immédiatement les fibres du bois et travaillez uniquement dans ce sens. Grâce à cela, vous n’allez pas rayer la surface de votre table. Autre astuce, le recours à une cale de ponçage en liège ou en bois afin d’éviter de creuser la surface de votre table.

Cela permet à votre papier abrasif d’adopter naturellement la forme de la cale et d’assurer ainsi un meilleur maintenu.

Si le travail de ponçage s’effectue sur du bois brut, dépoussiérez régulièrement sous peine de vous retrouver avec une accumulation de poussière. Si le travail doit se faire sur une table avec du bois ciré, utilisez un produit spécifique qui va dans un premier temps attaquer la cire. Enfin si votre table dispose d’un vernis ou d’une peinture, un décapant peut être utilisé avant le ponçage.

Conclusion

Poncer une table est une opération relativement simple à mettre en pratique, en suivant les conseils. Vous obtiendrez un travail remarquable sur votre table afin de lui donner la finition désirée.